Actes D – l’Ascension du Christ

L'auteur des Actes (qu'on appelle Luc) résume son évangile en disant qu'il s'agissait pour lui de rapporter « tout ce que Jésus a commencé de faire et d'enseigner ». Cette remarque introductive est lourde de sens à double titre :
- d'abord Luc emploi deux verbes (faire et enseigner) qui se complètent : Jésus à fait ce qu'il enseignait et réciproquement. Il a vécu son enseignement et il a enseigné sa vie.
- Ensuite il précise que la vie et l'enseignement de Jésus ne sont qu'un commencement (1) : Jésus est donc fondateur d'un mouvement (2) qui doit avoir une suite. C'est justement ce que le livre des Actes va nous raconter.
Ces deux remarques conduisent le lecteur à penser que lorsqu'il en aura terminé avec ce deuxième volet, il devra prendre la décision de s'impliquer dans la suite de l'aventure qui consiste non pas réellement à terminer ce que Jésus a commencé mais à participer à cette fin.

Pour autant nous ne pouvons pas faire l'économie de la lecture des Actes. Car si le premier chapitre des Actes a pour but de faire le lien avec le premier livre (l'évangile de Luc) ce n'est pas le seul objectif : il s'agit également pour l'évangéliste de démontrer que l'Esprit-Saint (déjà mentionné deux fois aux v5 et 8), accomplit en œuvrant l’Église cette mission de continuer ce que Jésus à commencé. C'est peut-être le thème majeur de cette narration (voir annexe 1) que certains ont appelé « le livre des Actes de l'Esprit-Saint ». Bien entendu, à ce moment du récit, les disciples n'ont pas encore compris comment cet Esprit va agir, ils le sauront bientôt.

Jésus est parti. Plus précisément au v4 « il fut saisi vers le haut » ce que les v9-10 décrivent par une nuée qui dérobe Jésus aux yeux des apôtres dans un mouvement montant, comme s'il disparaissait dans le brouillard. Les apôtres semblent perplexes (v10a). Des anges alors leur rappellent qu'il faut regarder vers l'avenir et non vers le passé.

A part Luc, seul Marc mentionne l'ascension (3) mais en un seul verset (16,19) (4). De manière relative, Luc en parle abondamment, d'abord à la fin de son évangile puis au début des Actes, ce qui lui permet de faire le lien entre les deux livres. Mais il en parle de manière un peu différente, ce qui a fait dire à certains qu'il y avait des contradictions entre les deux ouvrages ...

Le récit de l’ascension en Luc 24

Luc 24,51 Pendant qu'il les bénissait, il se sépara d'eux et fut enlevé au ciel.

Cette version courte, est précédée de :
- la rencontre entre les femmes venues embaumer le corps de Jésus avec des anges qui leur font comprendre la résurrection. Les apôtres n'y croient pas sauf peut-être Pierre.
- la rencontre entre les disciples d'Emmaüs et Jésus ressuscité
- la rencontre des apôtres avec Jésus ressuscité

Luc explique chaque fois (5) que ces apparitions (6) ont un but : leur ouvrir l'intelligence pour comprendre les Écritures (Luc 24,45) : ce qui ouvre l'intelligence, c'est donc la résurrection (Luc 24,24-25) car elle permet de comprendre que la mission de Jésus est parfaitement accomplie selon les Écritures (Luc 24,44). Il prépare ainsi les disciples à leur propre mission, qui va commencer (Luc 24,47) quand ils seront revêtus de la puissance d'en haut (Luc 24,49).

Dans l'évangile le temps qui précède l’Ascension n’est pas évoqué ici en termes de durée : c’est un temps d’enseignement et d’explication.

Le récit de l’ascension en Actes 1

La perspective est légèrement différente : ici le temps est exprimé en terme de durée : 40 jours. Or 40 jours dans la Bible c'est précisément un temps de préparation et d'attente d'une mission à venir (7). Ces 40 jours vont donc permettre à Jésus de préparer les apôtres à leur mission :

- En leur donnant des ordres, par le Saint-Esprit (v2)
* ordres dont on a plus de détails au v4
* ordres spirituels puisqu'ils viennent de l'Esprit-Saint
* nous reparlerons du baptême dans l'Esprit-Saint et de ce v5 lorsque nous aborderons la conversion de Corneille en Actes 10 et 11

- En se présentant vivant après avoir souffert (v3)
* en Luc 24,39-43 on a ces preuves

- En leur parlant de ce qui concerne le royaume de Dieu (v3)
* on a plus de détails aux v6-8
* le royaume est un thème majeur de Luc

Il n'y a donc pas de contradiction entre Luc et Actes : la mission consiste à être des témoins (en grec témoin se dit μάρτυρες, prononcer martures même mot que martyr – Luc 24,48 et Actes 1,8) aidés par l'Esprit-Saint.

 

Pour méditer :

- Est-ce que je fais ce que j'enseigne ? Comme Jésus, mes actes sont-ils en phase avec mes convictions ?
- Est-ce que je me sent concerné par la mission de terminer ce que Jésus à commencé ?
- Est-ce que je considère Jésus comme fondateur d'une religion ou d'un mouvement ? Quelle conséquence cela a-t-il sur ma façon de vivre le christianisme ?
- Comment est-ce que je comprends que si j'accepte cette mission (impossible) il me faudra l'aide de l'Esprit-Saint ? Comment faire pour comprendre la manière dont l'Esprit va agir pour m'aider dans la mission ?
- Spirituellement parlant, que veut dire pour moi regarder vers l'avenir ?
- Qu'est-ce qui change mon regard sur le monde et la vie en tant que chrétien ?
- Comment est-ce que je peux être enseigné de ce qui concerne la mission et le royaume de Dieu aujourd'hui ?
- Est-ce que je veux être un témoin ? Pourquoi ? Comment m'y préparer ? Que faire pour l'être vraiment ?

 


Notes

(1) Le même genre de conviction est rapportée en termes plus théologiques que narratifs par l'évangile de Jean (1,1).

(2) Nouveau mouvement qui n'est probablement pas une nouvelle religion. Les Actes l'appellent « la Voie » : Actes 9,2 ; 16,17 ; 18,25-26 ; 19,9.23 ; 22,4 ; 24,14.22.

(3) Les 4 évangiles parlent des apparitions de Jésus, ainsi que Paul en 1 Cor 15,1-5 et il y a aussi quelques références indirectes Jn 3,13 ; 6,62 ; Ep 4,9s ; 1 Tm 3,16. Il y a déjà des ascensions dans l'Ancien Testament comparables à celle de Jésus : Elie en 2R 2,11, Enoch (Gn 5,24 et Hb 11,5).

(4) Ce verset appartient à la fin de l'évangile de Marc (16,9-20) dont on sait que la rédaction est plus tardive que le reste de l’œuvre.

(5) Les femmes en Luc 24,6-8, les disciples d'Emmaüs en Luc 24,27 et les apôtres en Luc 24,45.

(6) Il ne s'agit pas d'apparition au sens ou Jésus est apparu à Paul, mais Jésus se rend présent physiquement : il rompt le pain avec les disciples d'Emmaüs (v30), il montre ses mains et ses pieds meurtris aux apôtres (v39) il mange (v41-43).

(7) Par exemple :
- Le déluge dure 40 jours (Genèse 7,17)
- Il faut 40 jours aux espions pour explorer la terre promise au temps de Josué (Nombres 13,25)
- Moïse passe 40 jours au Sinaï pendant lesquels il écrit le décalogue (Exode 34,28)
- Elie met 40 jours pour se rendre à la grotte sur l'Horeb (1Roi 19,8)
- Jésus passe 40 jours dans le désert pendant lesquels il est tenté (Luc 4,2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.