Colère de Dieu (8) – Le jugement de Dieu

Les auteurs bibliques parlent beaucoup du jugement de Dieu, ou du jour du jugement. Mais si Dieu pardonne tout le monde, si Jésus est venu apporter la grâce et est mort pour tous, alors faut-il craindre ce jugement ? Comment cela va-t-il se passer ?

Une première façon d'envisager le jugement consiste à penser que Dieu étant bon, il accueillera à bras grands ouverts les âmes de tous les défunts quelles qu'aient été leurs vies. Ce pourrait être rassurant. Ce serait en tout cas pratique pour les cérémonies et le deuil des proches qui pourraient ainsi se consoler en imaginant que leur défunt est entre de bonnes mains tout là-haut.

Une autre manière courante de concevoir le jugement consiste à croire que Dieu pèsera nos actions et que si nos bonnes actions sont plus importantes (en nombre ? en conséquences ?) que nos mauvaises alors Dieu nous acceptera dans son Paradis. Dieu ne dit il pas en Matthieu 7,21 que « ce ne sont pas tous ceux qui me disent : « Seigneur ! Seigneur ! » qui entreront dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux » ?

Mais si nous sommes attentif aux écritures, ne serait-ce que celles que nous avons déjà utilisées, nous pouvons aisément comprendre que ces deux façons de voir ne leurs correspondent pas. Dieu n'est pas un comptable. Ni la quantité de bien que nous aurons fait, ni la quantité de mal dont on se sera abstenu ne serons des arguments pour le convaincre de nous accepter dans la vie éternelle. Et sa bonté ne pourra pas non plus faire grand chose pour nous s'il n'y a pas entre lui et nous une relation d'amour, cette relation originellement prévue et voulue par le créateur, qui nous a créés pour cela. C'est pourquoi malgré des prophéties, des exorcismes, et même des miracles que certains auront faits, il leur sera répondu « Je ne vous ai jamais connus ; éloignez-vous de moi, vous qui faites le mal ! » (Matthieu 7,23 - NBS). En quoi est-ce mal de prophétiser, d’exorciser et de faire des miracles. Ces choses là semblent plutôt bonnes ? Certes, mais utilisées à mauvais escient (pour soi, pour se faire bien voir, pour qu'on adhère à notre conception de la vérité...) elles détournent les gens de Dieu.

Ce qui permettra d'entrer dans la vie éternelle, c'est d'avoir connu ce Dieu dont nous venons de beaucoup parler et sur lequel il y aurait tant à dire encore.

Questions pour méditer :

-Le jour du jugement me fait-il peur ? Comment est-ce que j'imagine que cela pourrait se passer ?

- La simplicité du jugement de Dieu me déroute-t-elle ?

- Est-ce que je mets ma confiance dans tout ce que je fait pour le Seigneur ou est-ce que je me contente de sa grâce ?

- Est-ce que je suis reconnaissant ? Comment ? Qu'est-ce que cela révèle de ma relation à Dieu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.