I – Pentecôte : la réception du message

Actes 2,37-41 Ce passage présente sous forme de questions-réponses les principes essentiels de la réception du message de l’Évangile : 1/ un cœur brisé 2/ qui veut se repentir et 3/ recevoir le baptême au nom de Jésus, pour1 recevoir le pardon et l'Esprit Saint. Même si cela peut décevoir, ce passage n'est pas suffisant2 (mais cependant valable et utile) pour prouver qu'il faut être baptisé pour être sauvé. C'est pourquoi on reverra plus en détail la théologie du/des baptême(s)3 lorsqu'on abordera la conversion de Corneille aux chapitres 10 et 11.

En Actes 2,38-40 le verbe grec4 traduit par « repentez-vous » (Colombe - Jérusalem) ou « changez radicalement » (BFC) ou « changez de comportement » (NBS) ou « convertissez-vous » ou encore « changez d'attitude » (S21) est une composition de deux mots dont le premier est un préfixe qui veut dire : de l'autre côté, là-bas et dont le second signifie : savoir, comprendre, percevoir, saisir, concevoir, penser. La combinaison des deux signifie donc : changer d'esprit, changer de façon de penser, changer de perspective. Il ne s'agit pas initialement de changer le comportement, mais grâce au double évènement de la croix et de la résurrection de chambouler ce qu'on comprend de la réalité : transformer notre compréhension de Dieu et notre perception du monde. Lorsque Pierre insiste en exhortant ses auditeurs à se sauver de cette génération perverse il veut qu'ils considèrent l'appel qui vient de la croix comme un appel à sortir du monde, ce qu'on traduit autrement par être saint (littéralement : mis à part) ou encore former une église (mot qui littéralement veut dire : assemblée de ceux qui sont appelés) que Luc va initialement appeler communion (v42).

La promesse du pardon des péchés et de la réception de l'Esprit est valable à partir de cet instant fondateur, pour tous et en tout temps : le christianisme est un mouvement universalisant.

Actes 2,41 Lorsque Luc explique que cette prédication a permis à environ 3000 âmes de recevoir le baptême, le mot environ est important. Bibliquement, le chiffre 1000 n'est pas forcément à prendre à la lettre. Il veut dire beaucoup. Comme le chiffre 3 est le signe de la perfection, environ 3000 veut dire un « une croissance merveilleuse et inattendue résultat de l'appel (cf v39) de Dieu ». Bientôt de 3000 on passera à 5000 (Actes 4,4) !

Actes 2,42-46 Mais le résultat de l'appel de Dieu par Jésus-Christ n'est pas seulement une affaire de chiffres et de statistiques5. Le plus important est la manière dont cette nouvelle communauté vit sa nouvelle foi. Le v42 est le programme de vie. Les v43-47 le développent. L'ensemble des 6 versets forment un résumé : après des événements bien précis (résurrection, ascension, remplacement de Judas par Matthias, attente, Pentecôte), Luc décrit maintenant la vie quotidienne des convertis.

Luc en profite pour donner aussi une théologie pratique de l’Église qui commence avec la notion d'assiduité ou de persévérance :

a) notion de communion ou de communauté6

Ce mot est très largement utilisé dans le Nouveau Testament7. Les croyants en Jésus (qu'on n’appelle pas encore « chrétiens ») constituèrent un groupe dont les membres ressentaient qu'ils avaient beaucoup en commun. Former une communauté spirituelle conduit ces croyants à former une communauté physique pour laquelle chacun met ses biens matériels à disposition des besoins communs. Pour Luc la richesse et les biens matériels représentent un thème important. Pour lui, la richesse peut être un danger spirituel8, tant pour les individus que pour la communauté. C'est ce que l'épisode d'Ananias et Saphira nous rappellera (Actes 5,1-11).

b) la fraction du pain
Actes nous montre les disciples qui se rendent quotidiennement au temple (Actes 2,46 ; 3,1). Nous avons donc là la description d'une communauté juive qui continue de vivre le judaïsme mais qui se retrouve pour rompre le pain dans les maisons lors de (vrais) repas en commun. Il s'agissait à ce moment-là d'un moment « privé » auquel n’assistaient pas les Juifs qui ne croyaient pas en Jésus-Messie.

c) La prière
Luc nous dit comment priaient les disciples : ils louaient Dieu. Leur assiduité/persévérance dans la prière étonnait les autres Juifs qui voyaient cette nouvelle croyance favorablement. Et cela en attirait d'autres.

d) L'enseignement des apôtres
C'était un enseignement basé sur les Écritures. C'est à dire sur l'Ancien Testament. Jésus avait montré qu'il était le Christ, il avait prêché ce qu'est vraiment le royaume de Dieu, il avait expliqué ce qu'est un disciple, il a montré un exemple parfait, et est mort et ressuscité et même monté au ciel (Actes 2,33). Les 40 jours entre résurrection et ascension ont été pour les apôtres l'occasion de comprendre les Écritures (Luc 24,45). L'enseignement des apôtres devient la prédication de l'Ancien Testament à la lumière9 de la vie, l'enseignement, la mort et la résurrection de Jésus.

Ces quatre traits caractéristiques de la vie des premiers chrétiens à Jérusalem que Luc met en avant montrent à la fois une continuité avec le judaïsme et un début de différenciation. Notre culte peut prendre exemple sur ce sommaire de Luc, mais ce passage est avant tout une description de la vie spirituelle concrète des disciples qui intègre une relation avec Dieu et une relation avec les autres disciples. L'un ne peut aller sans l'autre. Notre culte doit être le reflet de notre vie spirituelle et inversement.

Ce qui caractérisait ces Juifs-croyants-en-Jésus-Messie c'est qu'ils étaient passionnés ! Passionnés par le Messie, mais aussi passionnés par leur communauté et non par des programmes d'évangélisation ou de charité qui, s'ils sont utiles ne sont que des moyens et non des fins. C'est cette passion, qui les poussait même à vendre des biens pour subvenir aux besoins (cf annexe 1) qui doit être notre modèle. C'est un principe biblique. Nous devons entretenir une passion pour le Christ.

 

CONCLUSION sur Actes 2 – l'Esprit et le royaume de Dieu
Après la Pentecôte, l'Esprit de Dieu est disponible à tous car il a été répandu (v17 et v33) selon le vœu de Moïse (Nombre 11,29) et la promesse des prophètes (Joël 3,1-5) et de Jésus (Luc 24,49, Jean 15,26). Le royaume de Dieu, invisible (Luc 17,20-21), sans frontière (Jean 18,36), avec Jésus comme roi dans le ciel (Actes 2,30) est établi ! Le Nouveau Testament, c'est-à-dire la Nouvelle Alliance, commence véritablement en Actes 2 (Jésus était sous la loi Galates 4,4).

Luc 12,31 exhorte : cherchez d'abord le règne de Dieu... (NBS). Chercher le royaume c'est à dire chercher le règne c'est chercher à ce que Dieu règne sur moi. Nous aussi nous devons « changer de perspective » et comprendre que pour faire partie du royaume spirituel de Dieu il ne s'agit pas de chercher autre chose que le désir d'obéir aux principes donnés par Jésus.

 

Pour méditer :

- Est-ce que mon cœur a été et est encore transpercé par ce que Jésus a fait pour moi ? (Galates 2,20).
- Est-ce que je comprends ce qu'est la repentance selon Luc ? Que faut -il changer en premier pour que ce changement soit profond ?
- Que se produit-il quand de nombreuses personnes se repentent ?

- Quels sont les principes que je peux trouver dans ce texte pour ma vie en église ? Est-ce que je les mets en pratique ?
- Est-ce que je peux vivre ma vie chrétienne de manière autonome ? Pourquoi ?
- Quelle forme prend « la fraction du pain » pour moi ?
- Ma prière rend-elle ma vie attirante ? En d'autres mots, me transforme-telle ?
- Est-ce que je persévère dans l'enseignement des apôtres ? Comment est-ce que je fais cela quotidiennement, sachant que je n'entend pas un sermon quotidiennement ?
- Construire le royaume de Dieu me passionne-t-il ?


Notes

(1) Dans le sens de afin que et non à cause de.

(2) D'une manière générale, un seul passage ne suffit pas à établir un principe fondamental.

(3) Baptême de repentance, baptême d'eau, baptême dans l'Esprit Saint.

(4) μετανοέω

(5) Au v41, le mot environ (ὡσεὶ) est important aussi pour signifier qu'il n'est pas spirituellement opportun de faire des statistiques exactes sur la croissances de l'église !

(6) κοινωνία

(7) Une seule fois en Actes mais sous formes dérivées, plusieurs fois.

(8) Voir Luc 1,53 ; 6,24 ; 12,20-21 ; 16,22-23

(9) Ceci doit toujours être notre but en étudiant les Ecritures, même l'Ancien Testament. Non pas une lecture typologique qui cherche comment le Christ est caché dans les écritures, mais une lecture de disciple, qui cherche à savoir comment le Christ interprèterai les écritures pour nous, hommes modernes du 21ème siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.