A quel moment un acte peut-il être
qualifié de « sexuel » ?

Question

A quel moment un acte peut-il être qualifié de « sexuel » ?


Éléments de réponse :

Philippiens 4,8
Au reste, mes frères, que tout ce qui est (...) pur (...) soit l'objet de vos pensées ;

1Timothée 5,1-2
(…) encourage (…) les jeunes femmes comme des sœurs, en toute pureté.

Ce qui compte n'est pas la limite à partir duquel un acte devient « sexuel », mais la recherche de la pureté qui permet de mieux se connaître réellement, profondément (sans jeu de mots) et de construire une intimité avant de développer trop de passion (voir Cantique des Cantiques 2,7 ; 3,5 ; 8,4). Le côté passionnel d'une relation entre un homme et une femme est très attirant et provoque des désirs et des sensations qui font croire à une relation merveilleuse. Mais sans intimité et sans engagement solide de part et d'autre, le plaisir fait rapidement place à l'ennui et à la douleur de la séparation. Il est donc préférable d'avoir la patience de construire la relation avant de la « consommer » (voir l'article : Les trois composantes du sentiment amoureux).

Se demander « jusqu’où je peux aller avec une fille ou un garçon sans pécher » c'est vouloir se donner une règle. Le problème avec les « règles » c'est qu'on a envie de jouer avec (Romains 7,7) et d'aller explorer jusqu' à la limite de ce que j'ai le « droit » de faire et donc de me mettre en danger. Comme quand on se balade au bord d'une falaise, on se demande : jusqu'où puis-je m'approcher sans tomber. Mieux vaut rester en retrait.

Et puis, se fixer des règles c'est devenir son propre législateur. Penser qu'on arrive à respecter les règles qu'on a soi-même établies, c'est se décerner à soi-même le titre de juste. Cette double attitude consiste à prendre la place de Dieu et constitue donc par elle-même, en dehors de tout action, ce qu'on peut appeler « le péché ».

Quand on cherche à plaire à Dieu le but n'est pas de se fixer des règles, mais de désirer aimer « comme Jésus nous a aimé » (Jean 13,34-35) ce qui implique non pas un amour pulsion, mais un amour solide (c'est à dire construit), non pas une amourette passagère, mais un amour éternel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.