L'Esprit, les miracles
et l'inspiration des écritures

A la lecture de l'article précédant, on peut se demander à quoi servait « le don de faire des miracles » ? Était-ce une sorte de talent pour forain en mal d'attraction ? Nous allons voir qu'en distribuant adéquatement ce don, l'Esprit-Saint avait bien une intention particulière.

En Exode 4, Dieu donne à Moïse le don de faire des miracles. Il s'agissait pour Dieu d'assoir son autorité spirituelle, et de confirmer la provenance divine de ses paroles :

« C'est afin qu'ils croient que le SEIGNEUR, le Dieu de leurs pères,
le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob, t'est apparu
»
(Exode 4,5 - NBS)

Elie aussi avait ce don de faire des miracles. En 1Rois 18 il défie les prophètes de Baal et c'est en faisant un miracle quil démontre la supériorité de Yahwé sur Baal. Seul contre tous, il lutte pour établir la vérité, et ramener le peuple vers le monothéisme. Quelques temps auparavant, après avoir reçu un pot de farine inépuisable, et après la résurrection de son Fils, la veuve de Sarepta avait bien résumé ce que devait produire les miracles :

« Maintenant je sais que tu es un homme de Dieu,
et que la parole du SEIGNEUR dans ta bouche est vérité
»
(1Rois 17,24 - NBS)

Les miracles faits par des prophètes concernent surtout les prophètes préclassiques1 (Moïse, Elie, Elysée...). Pour la plupart d'entre eux, les miracles bibliques avaient pour but de donner confiance dans les paroles de ceux qui parlaient au nom de Dieu. Ce ne sont pas les miracles qui peuvent nous donner la foi car :

« la foi vient de la prédication
et la prédication c’est l’annonce de la parole du Christ
»
(Romains 10,17 - TOB).

A ceux qui pensent qu'on peut acquérir ou augmenter notre foi en étant témoin d'un miracle, rappelez-vous le dialogue entre Abraham et le riche condamné :

« Abraham lui dit : Ils ont Moïse et les prophètes, qu’ils les écoutent.
L’autre reprit : Non, Abraham, mon père, mais si quelqu’un vient à eux de chez les morts, ils se convertiront.
Abraham lui dit : S’ils n’écoutent pas Moïse, ni les prophètes, même si quelqu’un ressuscite des morts, ils ne seront pas convaincus
 »
(Luc 16,29-31 - TOB)

Ainsi, les miracles dans l'Ancien Testament avaient pour but de confirmer la loi et les prophètes.

Dans le Nouveau Testament, ce sont les miracles qui convainquent Nicodème que Jésus vient de Dieu (Jean 3,2). Quand Jean-Baptiste se demande si Jésus est le Christ, Jésus l'encourage à considérer les miracles qui correspondent à ceux annoncés dans l'Ancien Testament (Matthieu 11,45). Les signes que Jésus accomplissait servaient à montrer que Jésus était approuvé de Dieu (Actes 2,22). Ils n'avaient pas pour but premier de répondre aux besoins de gens, ni même de montrer son amour2 :

« Jésus a encore produit, devant ses disciples, beaucoup d'autres signes qui ne sont pas écrits dans ce livre. 31Mais ceux-ci sont écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et que, par cette foi, vous ayez la vie en son nom » (Jean 20,30-31 - NBS)

Par la suite, les apôtres eux-même avaient comme caractéristique de pouvoir faire des miracles3 :

« Et ils s'en allèrent proclamer partout le message. Le Seigneur œuvrait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l'accompagnaient » (Marc 16,20 - NBS)

Ainsi, selon Hébreux 2,3-4, le

« salut, annoncé à l’origine par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l’ont entendu, Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, des miracles variés et par des communications du Saint-Esprit selon sa volonté ».

Paul lui-même mentionne les signes accomplis par la puissance de l'Esprit pour que sa prédication soit accréditée (Romains 15,19 ; 2Corinthiens 12,12).

Pourquoi cela est-il si important ? Parce que l'Eglise dépendait de l'enseignement des apôtres (Actes 2,42) à une période où les chrétiens ne disposaient pas des écritures telles que nous les avons. N'importe qui ne devait pas enseigner (bien que cela arriva dans beaucoup d'églises : 2Corinthiens 11,4 etc.).

En Actes 14,3, nous avons un bon résumé de tout cela :

« Cependant, Paul et Barnabas restèrent longtemps à Iconium. Ils parlaient avec assurance, pleins de confiance dans le Seigneur. Le Seigneur leur donnait le pouvoir d'accomplir des miracles et des prodiges et attestait ainsi la vérité de ce qu'ils prêchaient sur sa grâce » (BFC).

Si cela était nécessaire au premier siècle, aujourd'hui nous n'avons plus besoin de confirmer notre parole par des miracles, car ce que dit un orateur sur le salut peut être confronté à la Bible telle que nous la connaissons (Actes 17,11 ; 2Timothée 3,16-17).

Bien qu'il y ait quelques miracles ici ou là dans l'Ancien Testament, la grande majorité d'entre eux sont rapportés autour de deux évènements de l'historiographie hébraïque : lors de l'Exode et lors des débuts du mouvement prophétique. Les miracles permettaient de confirmer le don de la Loi (lors de l'Exode) et des prophètes. C'est pourquoi une autre période de miracle devait avoir lieu au moment de la nouvelle alliance qui était attendue avec impatience : « Nous ne voyons plus nos signes ; Il n’y a plus de prophète, Et personne parmi nous qui sache jusques à quand… » (Psaume 74,9 qui fait référence à l'exil du peuple en Babylonie).

En conclusion de tout cela, bien qu'une étude plus détaillée eût pu être utile, il nous faut comprendre que les miracles sont :
- rares
- regroupés autour de périodes de révélation
- dans l'écrasante majorité des cas, des confirmations de la Parole orale de Dieu et pas seulement des manifestation spectaculaires visant à impressionner les gens (voir Esaïe 45,15 ou Luc 17,20).
- inutiles pour nous aujourd'hui car nous pouvons discerner cette parole dans la Bible.
- toujours possibles malgré tout par la puissance de Dieu.
- mais quand même suspects, surtout quand ils ne sont pas publics ou quand ils sont attestés par des personnes partisanes et qu'aucun sceptique n'est présent (cf. Jean 2,1-11 ; Jean 3,2 ; Jean 9 etc...).

Questions pour méditer

- Est-ce que je pense qu'un miracle nourrirait ma foi ?
- Est-ce que je doute de la puissance de l'Esprit-Saint si je ne vois pas de miracle ?
- Des miracles sont-ils indispensables à la confiance que j'ai dans la bible ?
- Que penser de ceux disent avoir entendu parler de gens qui auraient rencontré des personnes qui connaitraient un pasteur ou un prêtre qui aurait déjà fait des miracles dans une église à l'autre bout du monde ?
- Comment, sans juger, puis-je appréhender les miracles de Lourdes ou des églises pentecôtistes ?


Notes

1 On appelle ainsi le prophètes que l'on connaît par les écrits historiographiques de la bible par opposition aux prophètes classiques (ou prophètes écrivains) pour lesquels nous avons des œuvres directement liées à leur personne.

2 Jésus a montré son amour par son cœur de serviteur (Jean 13,1) et surtout par sa mort sur la croix (Romains 5,8).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.