Être sauvé, mais pourquoi ?

La sotériologie est le (gros) mot des théologiens pour parler de ce qui concerne le salut de l'homme. Il s'agit donc d'un domaine de réflexion très important pour les chrétiens (mais connaître le mot en lui-même n'est pas utile pour être sauvé !!).



L'évangéliste Luc a des convictions claires  : Il n'y a aucun salut ailleurs qu'en lui [Jésus-Christ]  ; car aucun autre nom sous le ciel n'est offert aux hommes, qui soit nécessaire à notre salut (Actes 4,12). Le salut passe par Jésus-Christ, et Jésus-Christ seulement (Jean 14,6).



Si Jésus nous sauve, c'est que nous devons être dans une mauvaise situation qui nécessite une intervention extérieure pour nous tirer du pétrin. Quelle est donc cette situation si alarmante spirituellement  ?



En 1098, un théologien du nom d'Anselme de Canterburry, écrit un ouvrage intitulé "Pourquoi un Dieu-homme ?" (1) qui "a exercé une immense influence, parce que le questionnement d'Anselme correspondait à la requête d'intelligibilité qui se faisait jour à son époque, requête qui ne se satisfait plus du discours antérieur" (2).



Voilà ce que nous explique Anselme quand à notre besoin d'être sauvé  :


- l'homme offense Dieu par son péché. Dieu est déshonoré. Il est en colère. Une colère juste.


- il faut donc une réparation, une compensation, pour satisfaire à la juste colère de Dieu.


- Mais l'homme est incapable de satisfaire Dieu il n'en a pas les moyens, quels que soient ses mérites.

- Par conséquent, seule une personne divine peut réellement offrir une compensation suffisante permettant de satisfaire à Dieu.


- Mais comme c'est l'homme qui a offensé Dieu, il fallait aussi que la compensation soit offerte par un homme.


- Par conséquent la seule possibilité devait être que la compensation vienne de quelqu'un qui soit à la fois humain et divin pour permettre la satisfaction de Dieu.


- Bien sûr pour Anselme cette personne fut Jésus à travers l'incarnation.

Nous allons nous questionner dans les articles suivants sur l'influence, les conséquences et la pertinence de ce modèle sotériologique (façon de d'envisager le salut), qu'on appelle la "doctrine de la satisfaction".



Questions pour réfléchir et méditer  :

- Comment Anselme explique-t-il qu'on ne peut être sauvé que par Jésus  ?

- De quoi doit-on être sauvé selon Anselme  ?

- Y-a-t-il quelque chose qui vous gène dans l'explication d'Anselme  ?


Notes :

1 - Anselme de Cantorbery, « Cur Deus homo »

2 - B. Sesboüe, J. Wolinski, Le Dieu du Salut, dans Histoire des Dogmes, tome 1, Desclée, Paris, 1994, p.486

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.