F – Attendre l’Esprit à Jérusalem (Actes 1,12-26)

Dans cet article nous allons méditer la fin du chapitre 1 du livre des Actes à partir du v12.

Actes 1,12-14 – Luc cite les apôtres, les femmes et Marie pour montrer leur fidélité en contraste avec Judas dont il va parler juste après. Il montre ainsi la continuité avec son évangile :
- Marie a connut la jeunesse de Jésus (dont le lecteur ne sait pas grand chose).
- Les apôtres sont bien onze et sont les mêmes qu'en Luc 6,14-16. Il ont connu le ministère public de Jésus.
- Les femmes ont participé à l'ensevelissement et ont été les premières témoins de la résurrection (le tombeau vide en Luc 23,55 à 24,10).

Tous ceux-ci persévéraient d'un même cœur dans la prière...
La prière est un thème majeur pour Luc. Pour lui, la préparation à la mission de témoin de Jésus passe par deux choses importantes :
* l'enseignement : c'est ce que Jésus fait avant l'ascension.
* la prière : c'est ce que font les apôtres avant la pentecôte
Les deux thèmes se retrouvent dans le sommaire d'Actes 2,42.

Si le livre des Actes fut écrit dans les années 80, Actes 1,14 est chronologiquement la dernière mention de Marie dans les documents du Nouveau Testament. On le voit, Marie n'occupait pas les esprits des chrétiens comme il peut l'occuper parfois. Pour autant elle n'était pas oubliée et l'évangile de Luc lui donne une grande place.

Actes 1,15 Et en ces jours-là, Pierre se levant au milieu des frères dit...
Luc montre Pierre qui prend la parole, comme il le fera en Actes 2,14 (cf Luc 22,32). Il prend le leadership et il sera l'objet de l'attention de la première moitié des Actes.

Actes 1,16-19 – Pour en savoir plus sur la mort de Judas il faut aller à la fin de l'évangile de Matthieu (27,3-10) qui nous raconte qu'il s'est suicidé (de la même manière qu'Ahitopel en 2Samuel 17,23) et sa mort telle que la décrit Luc, a des traits communs avec celle d'Antiochus IV Epiphane (1).

S'agit-il pour Judas de punition, de rétribution ou de conséquence ? Il faut faire attention à ne pas attribuer à Dieu (comme le fait l'auteur des Macchabées avec Antiochus Epiphane) l’éviscération de Judas. De la même manière que Paul l'exprime en Romains 1,24 Luc veut montrer que le péché comporte sa propre rétribution. A choisir la péché comme maître, on s'expose à des risques intrinsèques à la pratique du péché elle-même. Luc nous donne ici un tableau visuellement frappant de ce à quoi peut conduire la « non repentance » (cf. aussi Luc 13,1-6 et Actes 5,1-11).

Actes 1,20 – Pierre utilise les écritures pour guider la décision de choisir un apôtre de remplacement.

Actes 1,21-26 – Ces versets montrent comment Luc comprenait les qualifications d'un apôtre : un homme qui a accompagné le groupe de Jésus en commençant depuis le baptême de Jean jusqu'au jour où il fut enlevé du milieu de nous c'est à dire le jour de l'ascension, sinon il ne peut pas être témoin (v22) de la résurrection. Pourtant en Actes 14 par deux fois Luc qualifie Barnabas et Paul du titre d'apôtres (2).

Matthias n'a pas un intérêt fondamental pour nous. Peut-être était il connu par les lecteurs de Luc ? Ce qui compte c'est que les douze sont bien douze, le nouvel Israël peut commencer. A la mort de Jacques, en Actes 12, on ne le remplace pas. Les apôtres lancent le mouvement de l'Esprit-Saint. Une fois lancé, plus besoin d'une telle fonction, nous verrons plus tard pourquoi.

En tout cas, ce premier chapitre contient l'évocation de nombreux thèmes chers à Luc.

 

Pour méditer :
- Qu'est-ce que je fais quand je suis dans le désarroi (comme ici les femmes et les apôtres qui ne savent pas trop ce qui se passe) ?
- La prière et l'enseignement sont-il au centre de ma vie ?

- Qu'est-ce qui a transformé le Pierre de Luc 22,60 en celui d'Actes 1,15 ou 2,14 ?
- Dieu punit-il les pécheurs ? Si non, pourquoi est-il quand même préférable de suivre Dieu plutôt que de pratiquer le péché ?

- Comment Pierre justifie-t-il la décision prise par le petit groupe des disciples ?

 


Notes

(1) C'était un roi grec un peu fou, descendant d'un général d'Alexandre le Grand. Il régna sur le royaume Séleucide dont faisait partie la Judée, entre 175 et 163 av JC. Sa mort est décrite dans le 2e livre des Macchabées (chapitre 9). La mort de Judas décrite par Luc a des traits similaires à celle du roi grec. Luc a, de toute évidence, fait le lien. Antiochus Epiphane IV était un fanatique de l'hellénisation. En -168 il installe un autel du dieu Baal Shamen dans le temple de Jérusalem, détruit les murailles de la ville et, dans un édit de décembre -167, ordonne d'offrir des porcs en holocauste, il interdit aussi la circoncision. Alors qu'il doit partir en guerre pour sécuriser une des frontières de son royaume, va éclater la révolte des Macchabées qui permettra aux juifs de rétablir le temple.

(2) Pour comprendre comment cela est possible, il faudra patienter jusqu'à l'étude du ministère de Paul !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.